Bienvenue !

Maintenant que je suis un blogger expert doublé d’un sportif accompli, il est temps de laisser une trace de tous mes exploits, sportifs comme personnels.

Au menu cette semaine, que du sport ! Oui, il ne se passe rien dans ma vie… 😉

Jeudi : Course à pied – tour Europole

Il est temps de rechausser les baskets ! La neige a bien fondu, mon itinéraire classique est maintenant bien dégagé. La motivation repasse une limite acceptable et la perspective de repartir dans le froid n’est pas suffisante pour me décourager. D’autant plus que cette semaine, c’est l’occasion de tester un nouveau collant de course à pied. Celui-ci (je garde le modèle secret, il y a déjà trop de Kalenji en piste) est équipé d’une poche pour téléphone portable. Maintenant que je monte en responsabilité (génération +1), Je dois :

  • rester joignable en toute situation (version politiquement correcte)
  • renoncer à l’amendement n°1 de ma constitution : « chaque homme est libre de pouvoir courir libre et sans fil à la patte ».

M’enfin, c’est comme ça. Le pantalon est aussi confortable que mon ancien Kalenji et l’on ne sent pas le poids du téléphone dans le dos. La séance se déroule plutôt correctement. Les sensations reviennent bien après mon arrêt du mois de janvier. Je n’ai plus de douleur dans le bas du dos, signe que les exercices de ma kiné me sont bénéfiques. Il faut quand même un peu forcer pour retrouver les mêmes performances.

Bilan : 7,4 km en 44 minutes, soit 5:58 min/km à 155 bpm et 626 kcal dépensées

Vendredi : ski de fond à Lans en Vercors

Depuis les championnats du monde de biathlon et de ski de fond, j’ai envie de me remettre au ski de fond. Merci Eurosport ! En plus, la semaine a été lourde professionnellement parlant. Il faut que je me change les idées.

Direction donc les plateaux du Vercors, à Lans-en-Vercors, pour une session redécouverte du skating. En plus, j’ai acheté le pantalon qui va bien. Les premiers mouvements sont hésitants. On est loin de l’aisance d’un Martin Fourcade par exemple. Cela fait 14 ou 15 ans que je n’ai pas retouché à ce type de skis. Première constatation : il n’y a pas de carre. Par rapport au ski alpin, on sent tout de suite la différence. Le ski chasse de tous les côtés et la déperdition d’énergie est grande.

Après 2 km, je suis déjà fatigué. Pas question d’abandonner cependant, d’autant plus que j’ai enfin compris comment mettre les bâtons ! Je commence à remaitriser le mouvement. Après une petite pause, me voila reparti pour la piste bleue. La première moitié est en faux plat descendant. Du coup, cela paraît très facile. Avantage, comme je glisse bien, je peux travailler le mouvement tout en glisse. Inconvénient, ça va monter au retour.

Les premières parties légèrement montantes sont avalées relativement facilement. On se rend bien compte du changement de pente. Petite pause à mi-parcours. L’eau dans le tuyau du camelbag commence à geler. Ce n’est pas évident pour boire… La deuxième moitié de cette foutue piste présente plus de relief. Il y a une petite bosse qui fatigue bien, surtout que le chemin est légèrement en dévers. Le retour se fait plus lentement.

Après cette boucle et environ 15 km de parcourus, je me lance dans la verte qui coupe la fin de la bleue. La bosse ne passe pas mieux et la fatigue se fait bien sentir. Il me manque 1 km pour arriver à 20 km au total. Je tourne en rond dans la zone débutant pour terminer cette session.

Bilan : 20 km en 2h01, soit 9,9 km/h à 163 bpm, 200 m de D+ et 1867 kcal dépensées. Le ski de fond, c’est fatiguant !

Samedi : re ski de fond à Lans en Vercors

C’est samedi, il fait pourri, mais on y retourne avec plaisir. Bob a été terrassé par sa couette, il ne sera pas de la partie. Seb en revanche fait preuve d’une bonne motivation depuis qu’il a constaté que le nuage avait décollé de la vallée. Pas de brouillard donc, mais de la neige. En petite quantité, mais de la neige quand même. Résultat, il fait plutôt froid. C’est trop tard pour se démotiver, on est en haut. On s’en fout, l’essentiel est qu’il n’y ait pas de brouillard !

De mon côté, pas de courbature, le ski de fond, c’est magique. La technique est bien revenue hier, du coup, je demande des skis haut de gamme au loueur. Il me dit que cette paire sera plus réactive. Moi je n’ai pas vu de différence…

Les premiers pas de Seb sont… hésitants ! Tous les 10m, il part contrôler si la neige est bien humide à cet endroit. Après une grosse session de gamelle, son style s’améliore de minutes en minutes. Régulièrement, il fait illusion. C’est à ce moment là qu’il est le plus près de la chute ou du croisage de skis. Plusieurs belles figures sont à son actif, avec chute ou sans chute. A chaque intersection, on prend continue la boucle (les pistes forment une unique boucle qu’il est possible de raccourcir). On finit donc par se retrouver sur l’itinéraire de la piste rouge. A mi-parcours, le Seb est quand même bien entamé. Arrivés en haut d’une bosse, on discute brièvement avec deux skieurs. Ceux-ci donnent quelques precieux conseils à Seb.

A l’arrivée, on est quand même bien fatigué. Seb a l’air dans un état second. Pendant tout le parcours, il me disait qu’il ne se sentait pas fatigué. En fait je crois qu’il voulait dire qu’il ne ressentait aucune fatigue musculaire. Mais le ski de fond, je trouve que ça épuise plus que ça ne fait mal aux muscles. De mon point de vue, il est au bout. Ce qui sera confirmé par son texto : « Tu m’as épuisé… Je viens de me lever… 🙂 » (16h30). Epuiser le Seb, ça ne m’est pas arrivé souvent ! Bon il a quand même bien géré pour une première fois. En plus il commence à avoir du style ! 🙂

Bilan : 11,2 km en 2h04, soit 5,4 km/h à 127 bpm, 110 m de D+ et 1262 kcal de dépensées. J’aimerai avoir les chiffres de Seb…

 

 

Fitness

  • Poids moyen : 75,09 kg (-200g par rapport à S.7)
  • 41 km parcouru, soit 5,8 km par jour (en baisse)
  • 2526 kcal en moyenne par jour
  • 07h17 de sommeil en moyenne (en baisse)

Depuis que j’ai repris le sport, j’ai aussi repris 2 kg. C’est pas sympa. Heureusement, les efforts recommencent à payer. Malheureusement, je ne marche plus beaucoup tous les jours car je travaille quasiment tous les jours juste à coté de la maison. Les nuits sont agitées et raccourcies (merci les formations et les rendez-vous médicaux). Heureusement, je reste au dessus des 7h de sommeil par jour.

Malheureusement, samedi soir, c’est le drame. Je m’éclate le bas du dos, côté gauche, en essayant de récupérer un sac de course dans le garage. 🙁 La douleur est vive et me poursuit jusqu’au dimanche soir. Elle passera dans la nuit. Il va falloir bosser les exercices de la kiné !

 

Et voilà pour cette semaine !