Lien vers polarpersonaltrainer // Strava

Quand Jean-Marc m’a dit qu’il allait à Annecy reconnaitre le Semnoz (dit aussi Cret de Chatillon) qui constitue le final de l’Etape du Tour 2013 (Annecy – Annecy), j’ai proposé naïvement de l’accompagner dans cette ascension. Bon en même temps, je n’avais pas regardé le parcours…

Profil de l'Etape du Tour 2013 Annecy-Annecy

Profil de l’Etape du Tour 2013 Annecy-Annecy – Source : http://www.letapedutour.com/

Comme ça, le final n’impressionne pas forcément. Si l’on regarde les chiffres de l’ascension pourtant, on peut noter qu’il y a 922m d’ascension pour 11,3 km depuis Quintal, soit un pourcentage moyen de 8,2%. C’est quand même velu… Quand on rajoute les 300m de D+ supplémentaires depuis Annecy, on atteint 1200m d’ascension au programme en 20 km, soit du 6% en moyenne. Mais il parait que le début est en faux plat !

Bref, à peine le mail envoyé au tonton, j’ai déjà les miquettes. Je tente lamentablement de me désengager. Hélas, Julie rajoute de l’huile sur le feu et je dois me rendre à l’évidence : il va falloir y aller. Dès lors, j’étudie toutes les alternatives possibles pour mener à bien cette ascension. Jean-Marc refuse mon idée de partir du resto sous le sommet. Je me résouds à acheter une cassette avec quelques dents supplémentaires pour pallier à mon manque de jambes. J’équipe donc mon vélo d’une magnifique cassette Shimano Tiagra 12-30, l’Ultégra étant trop chère. En plus comme ça, j’aurai envie de l’enlever assez vite pour repasser sur ma cassette 105 12-27 d’origine, plus haut de gamme (il parait).

Nous voilà donc parti pour Annecy, le coffre débordant largement sur les places arrières, puisqu’il faut charger le vélo et la poussette de Polin, ainsi que ses (nombreuses) affaires. Départ à l’aube (pour une fois, pour de vrai) pour être à 9h à Annecy. Pendant le trajet, Julie chauffe J.M. qui n’en avait pas besoin. Moi je m’arrête à toutes les aires d’autoroute pour évacuer la peur. On rejoint donc les Chalonnais qui nous attendent à Annecy. Ils nous ont même gardé une place de parking, plus d’excuses possibles… On débarque le matériel de tout le monde. Je constate que Polin est mieux équipé que moi. 😉 Et c’est parti pour le Bike (avec un « B » majuscule, oui mossieu !).

Déjà, il parait que le début est en faux-plat. Je me permets d’en douter. C’est plutôt une succession de côtes qui tutoient les 6% qu’une longue montée à 3%. Sur le chemin, on met d’emblée la pression à un petit vieux histoire de montrer qu’on est des guerriers. Petite pause à Quintal avant d’attaquer les réjouissances. Il parait que la montée commence seulement maintenant !

Ascension du Semnoz par Quintal (source : veloviewer.com)

Ascension du Semnoz par Quintal (source : veloviewer.com)

La montée est régulière. On ne descend que rarement sous les 8%, avec deux passages de supérieurs à 10%. Ma zone de confort se situe plutôt autour de 6%… Dès Quintal, on attaque les 10%. Heureusement le passage est plutôt court et un replat permet de se reposer tout de suite après. On rentre par la suite en forêt et la montée devient régulière. Je m’arrête une fois pour contrôler mon matériel car j’entends un brut suspect. Fausse alerte, je ne détecte aucun problème mais il faut se relancer dans du 8% et chausser les pédales automatiques, ce qui n’est pas évident ! Je me fais peu doubler dans la montée (j’ai quand même un honneur), et je double un peu également. Deux fois je tente un brin d’humour, deux fois je me prends un gros vent. C’est peut être la montée qui attaque mes collègues un peu à l’agonie… Finalement je fais la montée sans me livrer vraiment car j’ai peur de ne pas parvenir au sommet. Arrivé en haut, je suis surpris de mon état de fraicheur, je m’attendais à bien pire. La montée depuis Quintal est avalée en 1h13min38s, ce qui me classe dans les profondeurs du classement Strava… (110ème sur 147 pour le moment). Ceci dit, j’avais évalué mon temps entre 1:12:00 et 1:15:00, ce qui me convient totalement. En plus je n’ai même pas utilisé le pignon de 30 dents dans la montée. Je suis resté fidèle à mon 27 et s’est passé. (lien vers le segment Strava sur veloviewer.com).

Le Cobra de Gre au sommet

Le Cobra de Gre au sommet

J.M., dit aussi le « Chacal Crissotin » est déjà en haut depuis 10min. Il a envoyé des watts dans la montée et l’Etape du Tour ne semble plus lui faire peur. 🙂 Après s’être félicités de cette ascension, nous repartons pour Annecy par le col de Leschaux. La descente est agréable, enchainant parties tournantes et grands bouts droits. En arrivant en bas, on tombe dans les bouchons de la piste cyclable. Tout Annecy s’est donné rendez-vous là-bas ou quoi ? On retrouve enfin Julie, Nathalie et Polin. Après leur avoir expliqué à quel point on a envoyé du rêve dans la montée, on se fait un ptit resto pour récupérer.

Sur la fin de la journée, j’accuse quand même bien le coup. La fatigue + la chaleur, ça ne me réussi pas trop. Mais la barre des 1000m de D+ est franchie, en même temps que mon premier « grand col ».

Bilan : 51,7 km en 2:43:04, soit 19km/h de moyenne pour 157 bpm. 1200m de D+ et 336 TRIMPS.